Actualités

[21/07/2017] Smile lance les premiers vélos solaires connectés à l’occasion du Sun Trip Tour 2017

Smile, leader des solutions IoT et open source, confirme sa solide expertise sur le marché de l’embarqué en participant activement à la course de vélos solaires du Sun Trip Tour.

[03/07/2017] Smile remporte le Drupagora d'Or 2017 du meilleur site e-commerce

Le vendredi 30 juin, la 3ème édition des Drupagora d'Or s'est déroulée à Paris.

[30/06/2017] Découvrez les projets de nos équipes au Hackathon Data Énergie

Les 29 et 30 juin, le Hackathon Data Énergie s'est déroulé au Liberté Living Lab à Paris.

Toutes les actualités picto
       

Vous avez besoin de mettre à jour votre Lecteur Flash Flash 7

Guillemet ouvrant l'actualité des solutions
et des technologies open source Guillemet fermant
picto

Quelle méthodologie pour un POC ?

Un Proof Of Concept ou POC est une mini-étude permettant de valider les hypothèses avancées pour un projet sont bien vérifiées. Un POC permet donc d'éclaircir les zones d'ombres du projet en écartant les risques techniques ou en validant son orientation fonctionnelle.

On utilise un POC dans deux cas principaux :

  • La validation d'une complexité technique : si les spécifications mettent en jeu une technologie qui conditionne l'orientation globale du projet, alors un POC permettra de valider que le choix technique fait est le bon. Un exemple : je souhaite mettre en place un blog avec nuage de tag, le produit A sait-il me générer automatiquement ce nuage ? Ce type de POC technique adresse la faisabilité du projet et le public intéressé est technique (DSI)
  • La validation d'un concept : on rencontre souvent le cas lorsqu'il s'agit de choisir l'organisation de son intranet, l'agencement de contenus ou l'ergonomie de navigation. Par exemple, dans mon blog, est-il plus intuitif de naviguer dans les tags via un nuage ou une liste à plat ? Ce type de POC fonctionnel se rapproche du maquétage et un soin particulier doit être porté à l'aspect fonctionnel du POC. Ceci afin d'être probant devant un public non technique qui peut avoir du mal à considérer qu'un nuage de tag non cliquable ou gris sur fond noir est aussi probant qu'un "beau" nuage de tags.

Comment orienter le POC pour maximiser sa valeur lors de la prise de décision ?

Un premier constat : plus il y a de facteurs entrant en jeu dans le POC, plus il est difficile d'apporter une réponse nette au problème. Un périmètre trop large soulève généralement davantage de questions que le POC n'en résout... Avec un périmètre bien restreint dès le départ, les risques de déperdition sont plus faibles, le travail pour l'équipe en charge du POC est plus compréhensible, plus pragmatique et les conclusions sont plus tranchées. Le processus de décision n'en est que facilité.

Deuxième constat : lorsque le périmètre est défini, pensez à lister l'ensemble des éléments entrant et sortant de ce périmètre. Cela permet aux équipes réalisant le POC de bien borner le sujet sur lequel elles vont travailler et de rapprocher davantage l'étude et ses conclusions de la réalité.

Enfin une question récurrente : faut-il gérer les éléments de sécurité de l'entreprise dans un POC ? Ceux-ci sont généralement gourmands en temps et en énergie. Si le point étudié ne dépend pas directement des problématiques de sécurité, il vaut mieux l'éluder. Notons toutefois que cela peut grever considérablement la réutilisabilité du POC.

Pour un POC réussi, pensez donc à restreindre le périmètre et décrivez précisément l'environnement de travail.

Peut-on réutiliser le travail fait dans un POC ?

Avant toute chose, il convient de distinguer réutilisabilité et réplicabilité. Un POC est réplicable quand le concept qu'il valide peut être décliné au sein du projet. Pour autant, le travail de déclinaison est à faire spécifiquement à chaque cas de figure. Un POC est réutilisable quand le concept qu'il valide est déjà utilisable en l'état au sein du projet. Choisir, par exemple, un système d'auto-complétion de formulaire par boite de dialogue est réplicable. Le composant boite de dialogue qui l'anime est lui réutilisable.

Ce qui intéresse le chef de projet, c'est la réutilisabilité. C'est elle qui lui indique combien de jours de travail il va pouvoir récupérer. L'expérience montre qu'on obtient les meilleurs taux de réutilisabilité des POC sur des points techniques bien précis dans des cas concrets d'utilisation. Les scénarios de POC de type « Test de concepts » sont quand à eux souvent peu réutilisables mais fortement réplicables. En règle générale, moins le périmètre du POC est précis, plus mauvaises sont les chances de pouvoir en réutiliser des éléments.

Patrick NERDEN

Patrick Nerden
picto

Commentaires

       
Analyse es Risques - http://www.projiris.fr
Bonjour, un post intéressant que j'ai découvert par hasard. Le proof of concept est une des étapes préliminaires du projet. Avant de commencer le projet, au même stade où a lieu le proof of concept, il convient de plus en plus de réaliser une <a href="http://www.projiris.fr/">analyse des risques</a> pour une gestion de projet exemplaire. Des outils gratuits d'analyse des risques sont disponibles sur notre site projiris.fr, pour ceux que ça intéresse. Cordialement
lundi 24 janvier 2011 @ 17:00
       
Ecrire un nouveau commentaire